Rechingen d’Aurélie Genêt

Au fil des pages, le récit a créé un lien avec moi. Un récit particulièrement percutant pour une Lorraine. Me basant sur mon imagerie de Mosellane, je me suis projetée dans cette atmosphère brumeuse où les échos du passé résonnent aux oreilles des anciens. J’ai frissonné et eu quelques insomnies, plaçant ce texte au niveau de Stephen King sur une échelle horrifique allant de « bisounours » à Stephen King. Un livre captivant et addictif !

photgraphie du roman rechingen d'aurélie genet
📘 Rechingen d’Aurélie Genêt aux éditions rroyzz
📸 Julie – Echo des Mondes

Rechingen – Résumé

Rechingen, Rechingen, Rechingen … Étrange mélopée que le nom de ce village, perdu en campagne à la frontière des Vosges et de la Moselle. Une maison envoutante, au charme vénéneux qui jouxte un sinistre hôpital et son inquiétante cheminée. L’automne, l’hiver se succède, puis la neige… isolant de tout.

Informations sur l’édition

🔖 Editions Rroyzz (2018)
📖 183 pages

📗 Rechingen aux éditions Rroyzz

Rechingen – Avis

Rechingen a été un pur retour aux sources. Vers un fantastique loin des stéréotypes des auteur(e)s du XXIe siècle. Mais aussi vers ma région d’origine, dont la beauté indéniable peut être froide, dont l’isolement et le passé, laisse envisager les histoires les plus folles, les plus tordues. J’ai littéralement été poussée entre les pages glaçantes de ce livre par une promesse de redécouverte de ma région.

Une région retranscrite dans toute sa beauté hivernale ainsi que dans sa richesse historique. Le récit s’ancre dans l’Histoire franco-allemande.

La mise en scène du village, créé pour les besoins du récit, plonge dans une atmosphère brumeuse, tragique, horrifique à souhait. Les fantômes du passé hantent ce lieu et ses habitants et viennent troubler le cours de la vie de deux femmes à la recherche d’un nid où se poser.

Très vite, le lecteur est propulsé dans l’angoisse : un lieu reculé de tout, entouré par la forêt, isolé par la neige.  Le narrateur oscille à la frontière entre le fantastique et la folie. Le doute s’immisce chez le lecteur. Le récit est addictif, impossible à lâcher jusqu’à la saisissante dernière ligne.

L’écriture est agréablement horrifique et met en scène un récit fantastique, tel qu’on les étudie lors de nos cursus scolaires. La mise en jambe est classique, elle suit un premier personnage dans sa nouvelle habitation et qui trouve le récit de la vie du précédent habitant. Cette mise en abyme des deux vies, permet de relancer l’angoisse alors même que l’apaisement semblait enfin au rendez-vous.

Le seul point négatif à relever pour ce roman concerne le choix d’édition : la typographie avec des lettres et des mots très rapprochés complique la lecture, particulièrement au début. À mettre en avant néanmoins, le magnifique travaille sur la photo de couverture.

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!