Le manoir, saison 2, intégrale d’Évelyne Brisou-Pellen

Leur mort n’est pas un éternel repos ! Les habitants du manoir ont été poussés hors de leur havre de paix. L’occasion parfaite de partir à l’aventure, de découvrir le monde, de voyager à travers les lieux et le temps.

le manoir saison 2 décors automnal
📚 Le Manoir Saison 2 d’Evelyne Brisou-Pellen aux éditions Bayard Jeunesse
📸 Julie – Echo des Mondes

Le Manoir, Saison 2 – Résumé

Retour à la saison 1

Les habitants du manoir ont dû prendre le chemin de l’exil et découvrent enfin un refuge : un collège dont le dernier étage est fantôme.

À l’école primaire voisine, Liam aperçoit deux fantômes : la jeune Charmaine, qui ignore qu’elle vient de succomber mystérieusement et un vieil homme qui attend son petit-fils pourtant mort avant lui.

Mais ni l’un ni l’autre n’a créé l’étage fantôme du collège. Qui, alors ? Liam et Cléa craignent que ce soit l’œuvre d’un fantôme gris…

Informations sur l’édition

🔖 Edition Bayard Jeunesse
📚 6 tomes

Le Manoir Saison 2, tome 1 aux éditions Bayard Jeunesse

Lorsque l’on veut anéantir un pays, on commence par sa culture, tu le sais ça ? Si on empêche les enfants de lire, ils en sauront moins que leurs parents, en transmettront encore moins à leurs enfants. Il n’y aura plus de penseurs, de philosophes, de scientifiques, juste des travailleurs ignorants et soumis. À ce régime, celui qui détient la connaissance reste le maitre. C’est pour cette raison que les hommes ont autrefois interdit aux femmes de faire des études.

Le Manoir, Saison 2, Tome 1, Le Collège de la Délivrance, p. 260

Le Manoir, Saison 2 – Avis

Nous quittions nos amis du Manoir alors qu’une toute nouvelle aventure hors de leur havre de paix les attendait de pied ferme. C’est donc ensemble qu’une partie des habitants du manoir part à travers le monde, pour trouver un endroit ou passer quelque temps, avant que leur manoir protecteur se soit remis de ces précédents combats. Et les intrigues qui semblaient déjà inépuisables auparavant se retrouvent encore plus variées qu’elles ne l’étaient déjà ! Et il faut bien le dire, cela est bénéfique !

La bande que nous suivons est majoritairement composée de jeunes fantômes rencontrés tout au long de la saison une. Mais bien que ce soit des personnages habituels, il manque un petit rappel (qui aurait même pu être en dehors du récit, à la manière des mangas ou d’une pièce de théâtre) où un petit focus serait offert sur chacun d’eux, pour en apprécier les spécificités. En effet, certains marquent moins les esprits que d’autres. C’est très dommage, car l’auteure a pris le temps de leur rendre unique et de les travailler, mais cela n’est pas assez valorisé d’un tome à l’autre.

La saga Le Manoir a toujours était un concentré de culture générale. Il faut bien le dire, l’Histoire est une source d’inspiration sans fond. Mieux encore, les événements survolés pendant les récits de nos amis sont tellement intrigants, que l’on cherche à en savoir toujours plus sur les aventures qu’ils ont vues se dérouler sous leurs yeux et vécues.

Comme pour la première saison, chaque tome suit trois intrigues avant de partir pour de nouvelles aventures. Des intrigues d’une richesse folle ! Souvent, aucun lien n’existe entre celles-ci, mais la dynamique fonctionne parfaitement. Nous découvrons des passages de l’Histoire de France et du monde, des faits divers qui ont secoué des villes et parfois des pays entiers, des personnages qui ont marqué l’Histoire.

Dans les derniers tomes, Évelyne Brisou-Pellen ose enfin intégrer des éléments que chacun attend de pied ferme. Les chasseurs de fantômes et les médiums ! Ces tomes proposent d’ailleurs une dynamique intéressante où les vivants jouent vraiment un rôle dans l’intrigue.

Aucune frontière de temps et de lieu ne résiste aux petits fantômes de cette saga ! Au cours de leurs aventures, ils voyagent en Pologne en temps de guerre, en Irlande du XVIIIe au XXe siècle, en Chine au IIer siècle, à Venise au XVIIIe siècle, dans l’Égypte des pharaons. Ils visitent le Taj Mahal, la Bastille et les Catacombes. Poursuivent la quête du Grall et suivent Alexandre le Grand. Il rencontre aussi Marie Curie, l’Homme au masque de fer, Marcel Petiot, Vivaldi, Shi Huangdi, Shah Jahan, François Ier, Charles Quint et bien d’autres.

De nombreux fantômes font leurs apparitions au court des tomes. Quelques-uns sont d’ailleurs plus marquants que d’autres. Le premier tome nous fait rencontrer des protagonistes de la Seconde Guerre mondiale, dont un kamikaze japonais plein de philosophie, autour de la vie, de la mort, de la soumission à l’autorité et du sacrifice commandé. C’est un personnage qui met joliment en avant les valeurs d’honneur et de sacrifice des Japonais lors de cette période de l’histoire. Le deuxième tome nous fait rencontrer une jeune irlandaise « perdue » et de montrer le drame qui s’est joué dans le couvent des Madeleine. Le cinquième tome nous fait suivre le fantôme d’un éléphanteau déraciné dans la recherche de sa famille. Un tome qui permet de pointer d’autant plus fortement des thématiques de protection de la faune, mais aussi de la flore ; ainsi que l’asservissement des animaux.

Chaque tome est également un bon prétexte pour mettre en lumière les différentes enfances selon les époques, et les mœurs qui ont régi l’éducation et le traitement des enfants. C’est aussi, avec les origines varié des personnages que l’on peut confronter les époques et les modes de vie. Les fantômes des temps présents permettent notamment de parler de thématiques très actuelles, telles que les familles décomposées et recomposées ; de l’acceptation de soi, du regard des autres ; mais aussi d’offrir une critique virulente de la détention et du port d’armes.

Les intrigues sont de plus en plus creusées et ambitieuses. Aussi, Évelyne Brisou-Pellen mobilise chacun de ses enfants fantômes pour mener les enquêtes. Mais ne le cachons pas, cette prolifération d’intrigues, d’enquêtes et de personnages crée des longueurs. Certains passages sont terriblement ennuyeux… Alors que le tome 1 m’a semblé d’un changement rafraichissant et que le tome 3 m’a fait voyager dans une Venise incroyable ; les tomes 4, 5 et 6 sont des déceptions… Ils tirent trop en longueurs, mais surtout, on se perd dans une cacophonie sans nom… Il était temps que la saga touche à sa fin. Le tome 6 boucle d’ailleurs parfaitement la boucle, avec un retour au Manoir du début de la saga.

En bref, cette saga (et son prequel) ravira les enfants à partir de 13 ans !

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pinterest
fb-share-icon
error: Content is protected !!