L’enfant des Neiges de Marie-Bernadette Dupuy

Avec L’Enfant des Neiges, direction Val Jalbert au Canada au cœur des années 1930. Dépaysement et drame familial sont au rendez-vous. Un roman qui prend le temps et qui fait défiler les années, au rythme des saisons qui passent. Prêt pour le voyage ? C’est parti.

l'enfant des neiges
📘 L’Enfant des Neiges de Marie-Bernadette Dupuy aux éditions France Loisirs
📸 Julie – Echo des Mondes

L’Enfant des Neiges – Résumé

Les belles heures de l’industrie du bois sont loin, mais le village de Val-Jabert a une fierté : Hermine, l’orpheline à la voix céleste, qu’on surnomme affectueusement « le rossignol des neiges ». Qui est-elle ? Et quel douloureux secret cache sa naissance ? Tout a commencé par une nuit glaciale de 1916, aux portes du couvent des sœurs du Bon-Conseil…

Informations sur l’édition

🔖 Éditions France Loisirs (2009)
📖 688 pages

📘 L’Enfant des neiges aux éditions France Loisirs

L’Enfant des Neiges – Avis

Nous sommes en 1930, dans le village prospère de Val Jalbert au Canada. Un milieu champêtre dans lequel l’industrialisation s’est fait une place sous l’essor économique lié à la Première Guerre mondiale. Les paysages et les saisons nous transportent dans un autre temps, une autre époque. On s’y croirait.

C’est dans ce décor que nous faisons la connaissance d’Hermine, l’héroïne de ce roman. Hermine est une jeune orpheline à l’histoire plutôt dramatique. Confiée à des sœurs, son enfance n’est pas malheureuse mais touchée par des drames multiples. Grandissant dans le giron des sœurs, à leur départ, elle est confiée à une famille du village qui s’est prise d’affection pour elle. On la voit évoluer, subir des adultes qui exploitent à tour de rôle sa gentillesse et ses talents ; sous couvert d’attachement. Elle parvient à devenir une jeune femme affirmée qui choisit de suivre son propre chemin et pas celui que ses proches veulent lui imposer.

Dans ce récit, ce n’est pas seulement le destin et l’évolution de cette jeune personne que l’on suit ; mais bien la destinée de tout un village, une véritable fresque sociale. Des personnages rustiques, des distingués ; différentes classes sociales ; différents modes de vie ; s’y côtoient.

Ce récit se joue sous une plume idéalisante, pleine de bons sentiments. Cela crée une sensation de décalage entre le fond et la forme. Un décalage se fait également sentir dans l’idéalisation du pays et de ses habitants. Cela dénote « l’extériorité » de la plume, et cela se confirme d’ailleurs dans l’avant-propos de l’éditeur.

En arrivant à la fin du roman, le sentiment qu’il manque quelque chose persiste. D’agréables moments de lecture, mais quelque chose qui chiffonne ; ne donne pas envie de poursuivre la découverte de la vie d’Hermine. Pourtant l’ensemble est plutôt bien tissé, de jolies boucles sont conclues.  

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pinterest
fb-share-icon
error: Content is protected !!