Perséphone, le tourment d’Hadès d’Allison Shaw

Fan de mythologie, voici un nouveau récit autour du très tendance couple Perséphone/Hadès. Un titre à ne surtout pas manquer ! Vous ne serez pas déçu.

Perséphone, les tourment d'Hadès, d'Allison Shaw
📙 Perséphone, les tourment d’Hadès, d’Allison Shaw aux éditions Akileos
📸 Julie – Echo des Mondes

Perséphone, le tourment d’Hadès – Résumé

Selon l’ancienne légende, le Seigneur des Morts aurait enlevé l’innocente fille de Déméter. La vérité est que Perséphone n’était pas une demoiselle en détresse, mais une jeune femme pleine d’entrain avec une mère autoritaire.
Un projet avorté d’Apollon conduit Perséphone à une rencontre fortuite avec le beau et mystérieux Hadès, lequel est instantanément frappé par la flèche de l’amour. À présent, Hadès doit lutter contre son coeur douloureux avant de perdre le contrôle total de ses sentiments, alors que le désir fait également rage à l’intérieur de Perséphone.

Informations sur l’édition

🔖 Editions Akileos
📖 164 pages

📙 Perséphone, le tourment d’Hadès aux éditions Akileos

Perséphone, le tourment d’Hadès – Avis

Perséphone le Tourment d’Hadès est un roman graphique qui attire au premier regard. Son titre, sa couverture, son résumé ; tout est réuni pour alpaguer le lecteur compulsif en pleine razzia dans sa librairie. L’on pourrait croire à un énième titre autour du couple le plus tendance de l’Enfer et de l’Olympe… et pourtant ! Il sort totalement du lot. Allison Shaw nous offre une réécriture modernisante du mythe. Une véritable bouffée d’air frais.

Vous l’aurez compris, cette réécriture graphique du mythe d’Hadès et Perséphone s’adresse aux fans de mythologie qui ont la mémoire bien fraiche sur les anciens mythes. Car il faudra se faire une raison, aucun rappel mythologique n’est fait pas l’auteure. Après tout, son récit est clairement adressé à un public adulte/mature. On pourrait s’y méprendre, mais quelques scènes épicées trouvent leurs chemins au travers des planches, bien qu’elles ne soient pas des plus explicites.

Allison Shaw nous dresse le portrait de la romance entre le dieu des enfers et la représentation du printemps avec des planches tout en simplicité et des illustrations harmonieuses. Rien ne vient en surplus, aucun décor ne se perd en détail. Le chara design appuie les caractéristiques de chacun, on en devient rapidement fan (même si celui de Zeus est juste ridicule). Les couleurs se prêtent parfaitement au récit.

Les fleurs ne s’épanouissent pas dans le noir

S’il y a une chose qui sort vraiment du lot dans cette adaptation du mythe est l’image attribuée à Hadès et à Perséphone et à leur relation. La mort qui tombe amoureuse de la vie, quelle belle symbolique. Allison Shaw n’oublie évidemment pas d’inclure Cupidon dans ses déboires amoureux, permettant une jolie touche d’humour.

Allison Shaw fait également la part belle au consentement, et cela s’intègre à merveille dans le récit, par quelques mots bien sentis. Pour dire, si l’on n’y prête pas attention, on ne s’en rend pas compte tant cela parait naturel, à sa place.

J’ai hâte de pouvoir découvrir d’autres récits d’Allison Shaw, car je suis tombée sous le charme de cette première publication.

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pinterest
fb-share-icon
error: Content is protected !!