Orange d’Ichigo Takano

Orange n’est clairement pas un manga comme les autres. C’est une aventure contre les regrets et tellement plus. Il aborde des sujets forts. Il est bouleversant. Le fantastique vient porter l’intrigue d’une manière unique. C’est un josei qui a tout pour devenir un incontournable des mangathèques. À découvrir absolument !

photos de l'intégrale du manga orange
📚 Orange, intégrale, d’Ichigo Takano aux éditions Akata
📸 Julie – Echo des Mondes

Orange – Résumé

Un matin, alors qu’elle se rend au lycée, Naho reçoit une drôle de lettre… une lettre du futur ! La jeune femme qu’elle est devenue dix ans plus tard, rongée par de nombreux remords, souhaite aider celle qu’elle était autrefois à ne pas faire les mêmes erreurs qu’elle. Aussi, elle a décrit, dans un long courrier, les évènements qui vont se dérouler dans la vie de Naho lors des prochains mois, lui indiquant même comment elle doit se comporter. Mais Naho, a bien du mal à y croire, à cette histoire… Et de toute façon, elle manque bien trop d’assurance en elle pour suivre certaines directives indiquées dans ce curieux courrier. Pour le moment, la seule chose dont elle est sûre, c’est que Kakeru, le nouvel élève de la classe, ne la laisse pas indifférent…

Informations sur l’édition

🔖 Editions Akata
📚 Complet en 6 tomes

Couverture du 5e tome d’Orange aux éditions Akata

Orange – Avis

Avec Orange, Ichigo Takano nous offre un manga qui n’est pas comme les autres. Il est d’une puissance incroyable. À la fois mature et réaliste. Mélancolique et doux-amer. Plein de douceur, de chaleur et pourtant il traite des sujets forts, importants et parfois bouleversants.

En cinq tomes, le manga aborde les sujets de la confiance en soi, de l’isolement, des difficultés dans les relations sociales, du harcèlement, de la dépression, de la mort et du suicide, du deuil. Mais tous ces sujets ne sont portés que par un seul qui les englobe : les regrets. Un thème qui parle à tous. Mais surtout aux adultes et jeunes adultes. Ainsi, ce manga est un josei qui a tout pour être respecté. C’est une aventure contre les regrets.

‘Avoir des regrets ‘ c’est une faiblesse et une lâcheté que l’on ressent envers soi-même à propos du passé. C’est tout ce qu’on n’a pas fait, alors qu’on aurait pu. C’est ça, ‘avoir des regrets’ 

Orange, Ichigo Takano

Orange est aussi un manga surprenant. Bien que l’on s’attende à subir une vague d’émotion incroyable, on se laisse prendre par le tournant émouvant, bouleversant. La première révélation apportée, bien que prévisible fait l’effet d’un coup de tonnerre. De manière récurrente, Ichigo Takano nous fait des révélations qui donnent des frissons. Des thèmes très forts sont traités et nous offrent des moments d’autant plus touchants qu’ils sont traités sans détour.

La part de fantastique qui rend possible l’intrigue est aussi bien travaillée. Elle donne un aperçu des différentes manières d’agir sur le déroulé de la vie, qui permet à l’histoire de prendre un parti pour l’une des possibilités. C’est pensé intelligemment et d’une manière pertinente.

Les personnages sont attachants. C’est un groupe d’amis que l’on aime beaucoup accompagner. Naho est très réservée, timide ; on a envie de la protéger. Mais également de la secouer. Elle est coincée (oui, oui, bien au-delà de la simple timidité). Kakeru est dans un état psychologique catastrophique, rejette les mains qui se tendent pour partager le poids qu’il a sur les épaules. Son sourire de façade révèle la trop grande mélancolie qu’il a en lui. Suwa est sans aucun doute le personnage qui m’a le plus intrigué.

C’est pourquoi j’ai adoré lire le spin-off (sixième tome). Il est centré sur Suwa et c’est tout simplement un plaisir de découvrir celui qui se sacrifie le plus tout au long de l’intrigue principale. C’est un tome doux amer, mais nécessaire. Naho m’a toujours parue destinée à lui et découvrir leur histoire a été un moment très sympa. Naho semble beaucoup plus sereine et sûre d’elle que jamais.

Ichigo Takano a un coup de crayon unique. Ces illustrations sont loin d’être parfaites, mais elles véhiculent magnifiquement les émotions. Et c’est vraiment parfait pour un manga tel que celui-ci. Le fond est bien plus important que la forme. Et la forme est un parfait porte-étendard pour ce fond. Malheureusement, il est parfois difficile de distinguer les moments où ils sont ados et ceux dix ans après.

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!