Nellie Bly : Dans l’Antre de la Folie de Virgine Ollagnier et Carole Maurel

Plongé dans le récit de la vie de Nellie Bly, première femme journaliste d’investigation. Un récit saisissant qui montre le combat des femmes pour se faire une réelle place dans un monde misogyne.

Nellie Bly dans l'antre de la folie
📘 Nellie Bly Dans l’Antre de la Folie par Virgine Ollagnier et Carole Maurel aux éditions Glénat
📸 Julie – Echo des Mondes

Nellie Bly : Dans l’Antre de la Folie – Résumé

Pour mener son enquête, elle se fera passer pour folle.

Nellie Bly est complètement folle. Sans cesse, elle répète vouloir retrouver ses « troncs ». Personne n’arrive à saisir le sens de ses propos, car en réalité, tout cela n’est qu’une vaste supercherie. Nellie cherche à se faire interner dans l’asile psychiatrique de Blackwell à New York dans le but d’y enquêter sur les conditions de vie de ses résidentes. Y parvenant avec une facilité déconcertante, elle découvre un univers glacial, sadique et misogyne, où ne pas parfaitement remplir le rôle assigné aux femmes leur suffit à être désignée comme aliénée.

L’histoire vraie de la pionnière du journalisme d’investigation et du reportage clandestin. Un récit poignant porté par le mépris de l’injustice et des persécutions, enrobé d’un graphisme élégant.

Informations sur l’édition

🔖 Editions Glénat (2021)
📖 158 pages

📘 Nellie Bly aux éditions Glénat

Nellie Bly : Dans l’Antre de la Folie – Avis

Nellie Bly est un roman graphique particulièrement intéressant avec de belles notes de féminisme. On y suit une femme remarquable : Nellie Bly. Une femme dont on devrait entendre plus souvent parler tant son parcours est inspirant ! En tout cas, cette adaptation de sa vie permet d’en appréhender quelques grandes lignes fascinantes.

Nellie Bly évolue dans une société patriarcale. Dans un contexte historique où les femmes sont dévaluées, caché quand elles ne correspondent pas aux attentes des hommes. Où elles n’ont pas le droit de vote, mais le droit de trimer et de se soumettre aux hommes. Un cheminement de récit qui permet d’avoir une vue d’ensemble du contexte de l’époque, de la position des femmes et de leurs combats quotidiens.

Son parcours est le parcours d’une battante qui a su faire bouger le monde et qui a contribué à réduire les injustices envers les plus faibles. De donner la parole à ceux qui ne pouvait/ne parvenait pas à se faire entendre dans cette société sourde à leurs souffrances. Ce récit graphique offre une vision de son parcours et de l’impact qu’elle a eu sur la société. Une belle vue d’ensemble qui donne envie d’en savoir plus sur cette femme et son engagement.

Depuis toujours les gens font fortune sur la tristesse, sur la pauvreté, sur la fragilité. Alors je vais enquêter, puis écrire un article pour que nous ayons de quoi manger… mais aussi pour donner la parole à tous ceux qui en sont privés. 

Nellie Bly, Dans l’Antre de la Folie. Virginie Ollagnier et Carole Maurel. p.161

À la base de l’intrigue de ce roman graphique : l’investigation de Nellie Bly au sein d’un hôpital psychiatrique. Son objectif : prouver et montrer à tous les traitements que subissent les femmes qui n’entrent pas dans les cases. Mais également montrer la facilité déconcertante avec laquelle les hommes peuvent faire enfermer des femmes qui ne répondent pas à leurs attentes. Dans ses lieux d’internement, on rencontre de nombreuses femmes. La plupart de celles-ci sont saines d’esprit (sans réel trouble psychologique), enfermées injustement. Et dont l’équilibre et les troubles se sont développés à cause de la maltraitance quotidienne qu’elles subissent.

Chaque nuit de récit au sein de l’hôpital psychiatrique permet de créer des digressions. Celles-ci nous offrent des incursions dans le passé de Nellie Bly, dans ce qui l’a forgé, dans ce qui a forgé ses convictions et son regard sur le monde.   Dans ce livre, on découvre donc cette héroïne. Cheffe de famille, avec trois personnes à charge. Elle est forte, ambitieuse : elle veut être journaliste de terrain, faire bouger les choses. Elle se bat pour être reconnue dans cette société patriarcale qui déconsidère les femmes et leurs capacités.

J’en viens maintenant à l’aspect graphique de cette œuvre. Je souligne d’abord qu’elle est illustrée par la même illustratrice que Collaboration Horizontale dont je vous ai déjà parlé. Des illustrations qui ne sont pas vraiment à mon goût, mais qui sont plutôt saisissantes. L’esthétique de l’asile à l’ambiance victorienne et ses fantômes m’ont beaucoup plu. J’ai aussi apprécié le travail de colorimétrie et son jeu. Les couleurs froides de l’asile contrebalancé par des couleurs chaudes et lumineuses des passages en dehors de celle-ci.

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!