Les doigts rouges de Keigo Higashino

Que feriez-vous si votre époux/épouse vous rendait complice d’un meurtre perpétré dans votre habitation ? Akio, un homme détaché de tout se retrouve confronté à cette situation. Partagé entre sa droiture qui lui dit de dénoncer et la pression familiale, le plus gros dilemme de sa vie s’impose à lui.

photo du roman les doigts rouges
📕 Les Doigts Rouges par Keigo Higashino aux éditions Babel Noir
📸 Julie – Echo des Mondes

Les Doigts Rouges – Résumé

Maehara Akio est un homme ordinaire qui mène une vie ordinaire d’employé de bureau et vit avec sa femme, son fils, et sa mère vieillissante. Un jour en rentrant du travail, il découvre le cadavre d’une petite fille dans son jardin. Sa femme lui apprend que c’est leur fils âgé de quatorze ans qui l’a tuée. Akio veut prévenir la police, mais sa femme l’implore de ne pas ruiner la vie de leur fils. Il accepte et décide de l’aider à dissimuler le crime. Mais c’est l’inspecteur Kaga Kyoichiro qui est chargé de l’enquête. Un homme qui, comme Higashino, excelle à suivre les mille plis et replis de l’âme humaine. L’un des romans les plus sombres du maître nippon, dans la veine du «Dévouement du suspect X.»

Informations sur l’édition

🔖 Editions Babel Noir
📖 240 pages

Couverture des doigts rouges aux éditions babel noir

Les Doigts Rouges – Avis

Keigo Higashino est un auteur brillant qui arrive toujours à me surprendre même après avoir lu presque tous ses romans. Avec Les doigts Rouges, il nous offre un roman court et d’une extrême efficacité. Au centre de l’intrigue, un dilemme.

Les Doigts Rouges n’est pas simplement un roman d’enquête, c’est un roman polyphonique dont la profondeur donne à penser. Keigo Higashino construit l’intrigue de toute pièce. C’est impressionnant comme un roman aussi court peut être aussi bien construit. L’enquête en elle-même est plutôt minimaliste : elle se joue entre la narration des coupables et des forces de l’ordre. Au-delà de ça, Higashino tisse une alternance entre le passé et le présent d’Akio pour nous permettre de comprendre à quel moment sa vie lui a échappée. C’est vraiment la part psychologique qui est valorisée.

Au-delà de ces deux aspects (crime/enquête et psychologie), toute l’intrigue se met en place au cœur d’une famille japonaise dysfonctionnelle. Ce positionnement de l’intrigue au cœur de la culture japonaise permet d’illustrer le poids des responsabilités familiales, le rapport aux personnes âgées, à la maladie et à la mort.

Keigo Higashino nous emporte toute en douceur dans son intrigue, avec un style fluide et épuré. Aucune lourdeur ne vient complexifier la plume, qui est d’une simplicité bénéfique. À relever quelques tournures très japonaises, dépaysantes à souhait !

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!