La Maison des Oubliés de Peter James

Avec La Maison des Oubliés, nous entrons dans une demeure hantée qui garde bien ses secrets, son mystère. Manipulant les rouages classiques des œuvres horrifiques, Peter James nous embarque dans un roman d’horreur qui ravira les nouveaux lecteurs du genre !

Photographie du roman - La Maison des oubliés de Peter James
📘 La Maison des Oubliés de Peter James aux éditions Pocket
📸 Julie – Echo des Mondes

La Maison des Oubliés – Résumé

Le déménagement dans ce manoir charmant, en haut de la colline, devait être le point de départ pour une nouvelle vie. Après des années passées dans la banlieue de Brighton, Ollie Harcourt ne pouvait rêver mieux qu’une existence paisible à la campagne. Le reste de la famille suit d’un pas hésitant, mais ne rechigne pas pour autant à cette nouvelle aventure.
Cependant, peu après leur installation, des scènes étranges se déroulent dans la maison.
Des ombres apparaissent, les animaux domestiques se comportent de manière bizarre et plusieurs accidents, plus déroutants les uns que les autres, ont lieu.
Bientôt, Ollie n’a plus de doute : leur présence n’est pas vraiment souhaitée. Quelqu’un semble même prêt à tout pour les expulser de là… à n’importe quel prix.

Informations sur l’édition

🔖 Editions Pocket (2020)
📖 400 pages
The house on cold hill – 2015

Cette maison a eu son lot de tragédies. Mais ne soyez pas découragés. Les vieux du village disaient que la maison était maudite, ou damnée, mais la réalité, c’est qu’une demeure de cet âge a forcément connu des morts.

Peter James, La Maison des Oubliés

Couverture de la maison des oubliés de Peter James
📘 La Maison des Oubliés publié aux éditions Pocket

La Maison des Oubliés – Avis

La Maison des Oubliés est un roman qui attire par sa promesse de demeure hantée. Et la promesse est tenue ! La première page propose un plan de la maison, particulièrement utile pour se projeter pendant la lecture. Le prologue est fracassant (c’est le cas de le dire), inattendu. Malheureusement la tension redescend très vite. Les fans du genre risquent de se sentir floués…

L’auteur reprend d’ailleurs les rouages des classiques du registre horrifique : apparitions étranges, oiseaux de mauvais augure, etc. Il propose également une utilisation de la technologie moderne, pertinente. C’est d’ailleurs les passages sur ordinateur et smartphone qui sont les plus stressants. On en parle de la hantise de tous les freelances ?

Le roman est intrigant tout du long. On s’interroge sur l’histoire de la maison, sur les revenants, en bref, sur le pourquoi du comment. Comme qui dirait le soufflé retombe bien vite (une nouvelle fois). Les explications sont quasi-inexistantes. Le mot final reste, lui aussi, mystérieux. Le tout laisse une impression d’inachevée.

Le gros atout de La Maison des Oubliés réside dans l’interprétation du temps et des fantômes. Elle est, ma foi, intéressante ! et plutôt originale en comparaison avec le reste du roman.

Peut-être que les fantômes ne sont pas du tout des fantômes, et que tout ça à voir avec notre compréhension du temps… Et si tout ce qui a été existait encore, le passé, le présent et l’avenir, et si nous étions prisonniers d’une minuscule partie de l’espace-temps ? Et si parfois, en soulevant légèrement le rideau, nous avions accès au passé, et parfois à l’avenir.

Peter James, La Maison des Oubliés, p. 293

Parlons du découpage des chapitres… il fait clairement perdre en lisibilité et en compréhension. On s’égare dans la chronologie. Le roman aurait gagné en clarté en faisant d’une date un chapitre et en découpant le texte en sous-chapitre…

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!