La Forêt des Ombres de Franck Thilliez

Après Puzzle, La Forêt des Ombres est ma seconde lecture de Franck Thilliez. Une lecture glauque, une ambiance malsaine, mais une plume entrainante jusqu’à l’apothéose finale. Certains la diront prévisible, d’autre y verront une fin qui ne pouvait pas être différente car s’intégrant parfaitement dans l’atmosphère tendue du roman. À lire d’une traite !

📗 La Forêt des Ombres de Franck Thilliez aux Éditions Pocket
📸 Julie – Echo des Mondes

La Forêt des Ombres – Résumé

Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d’un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d’argent. Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l’on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige… 

Informations sur l’édition

🔖 Edition Pocket (2007)
📖 366 pages

📗 Couverture du roman La Forêt des Ombres aux éditions Pocket

La Forêt des Ombres – Avis

La Forêt des ombres est un roman haletant, intense, oppressant. Mais également diaboliquement captivant ! Le récit jongle entre horreur et psychose, pousse jusqu’au bout du mal. Le décor isolé par la neige, au cœur d’une forêt se transforme en prison, le huis clos commence. Huis clos sombre, glauque qui pousse à la folie.

Des protagonistes bercés par le lugubre. Une profession qui met mal à l’aise. Un homme tordu psychologiquement et amoché par la vie. Une mère porteuse de secret. Une femme manipulée. Chacun a son importance. Les fils de vies s’entremêlent, promenant le lecteur jusqu’à l’apothéose finale. Quand la mort n’est pas saisie, c’est la vie qui est détruite.

L’histoire peut sembler manquer d’originalité, être prévisible. Ce sont les relations entre les personnages, le déroulement, cette certitude que tout ne finira pas bien qui portent le roman.

Le récit prend vie sous la plume de Franck Thilliez. L’écriture des premiers chapitres m’a fait forte impression et ont totalement retenu mon attention. Malheureusement, cette écriture tourne vite pour prendre un phrasé plus classique.

C’est un livre fort, à ne pas mettre entre toutes les mains.

Le roman m’a fait penser à Misery ou Shining de Stephen King, mais ne joue pas dans la même catégorie.

As-tu aimé cet article ?

5 / 5. 1

😢

Que dois-je améliorer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “La Forêt des Ombres de Franck Thilliez”

error: Content is protected !!