La Fleur de l’Illusion par Keigo Higashino

Keigo Higashino m’a toujours emporté, dans chacun de ces romans. Les ficelles du roman d’enquête sans la focalisation policière qui a le don de me perdre. Sa voix ne renie pas ses origines japonaises, de même que ses personnages, qui nous transportent par leurs poésies, leurs forces et leurs faiblesses. Le message derrière les intrigues de cet auteur de talent est toujours aussi fort et troublant. C’est un roman qui pousse à réfléchir sur soi, sur son rapport aux autres et sur le progrès. À ne pas rater !

photo du roman la fleur de l'illusion par keigo higashino
📕 La Fleur de l’Illusion par Keigo Higashino aux éditions Babel Noir
📸 Julie – Echo des Mondes

La Fleur de l’Illusion – Résumé

À la suite du suicide incompréhensible de son cousin, Lino se rapproche de son grand-père et découvre ses extraordinaires cultures de fleurs. Fascinée, elle lui propose de tenir un blog pour présenter son travail. L’homme accepte mais à une condition : ne rien poster sur une certaine fleur jaune qu’elle a vue chez lui. Quelques jours plus tard, Lino rend visite à son aïeul et retrouve son corps sans vie.
S’apercevant que le pot contenant l’énigmatique fleur jaune a disparu, Lino décide de mettre en ligne une photo du cultivar. Rapidement, un certain Gamō Yōsuke, qui se prétend botaniste, la contacte, lui conseille de supprimer la photo du site et lui propose un rendez-vous. Chez lui, elle fait par hasard la connaissance de son jeune frère, Sōta, qui ne comprend pas pourquoi son aîné s’intéresse à cette fleur et se fait passer pour un botaniste alors qu’il travaille pour la police…

Informations sur l’édition

🔖 Edition Babel Noir (2018)
📖 348 pages

Ne crois pas qu’il n’y a qu’une seule réponse, et ne pense pas qu’on trouve la conclusion tout de suite.

La Fleur de l’Illusion, Keigo Higashino
La fleur de l'illusion, keigo higashino, éditions babel noir
📕 Couverture La Fleur de l’Illusion aux éditions Babel Noir

La Fleur de l’Illusion – Avis

Keigo Higashino a le don de nous emporter dans des intrigues à la fois complexes et pourtant si simples, réglées comme du papier à musique. La Fleur de l’Illusion ne fait pas exception à la règle. Le récit nous entraine avec un double mystère : deux prologues très surprenants, car décousu où il n’est pas possible pour le lecteur de faire le rapprochement. Mais comme nous le rappelle avec plein de sagesse Grand-Père : « Ne crois pas qu’il n’y a qu’une seule réponse, et ne pense pas qu’on trouve la conclusion tout de suite. »

Grand-Père est empli de sagesse et de bonté. Il soutient et encourage ses petits-enfants comme personne, il les aide sans concession à trouver leurs voies : « Chacun d’entre nous a envie d’étudier quelque chose, mais il faut parfois du temps pour trouver ce que c’est… Et si on ne cherche pas, on ne trouve pas. » De cet homme transparait son respect des choses et des autres. C’est aussi un personnage qui s’intègre à merveille à la plume japonisante et pleine de zénitude de l’auteur.

L’apparente zénitude du roman cède en douceur la place à une enquête sinueuse où les destins se croisent. À la manière de Stephen King, Keigo Higashino nous ouvre la porte de la vie des personnages. Il lie les destins, met du relief et de la perspective dans leurs caractères et leurs vies ainsi que dans les mystères auquel ils sont confrontés.

Les mystères se concluent en beauté. Aucun des protagonistes n’est oublié malgré la complexité de l’histoire. Et l’auteur parvient à inclure les protagonistes dans l’actualité dramatique et politique du Japon aux travers notamment du nucléaire, de Fukushima et de son futur.

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “La Fleur de l’Illusion par Keigo Higashino”

  • Avatar
    • Julie
error: Content is protected !!