Le vampire dans la littérature

Dans la famille dent longue, je demande le vampire. Entends-je vos crocs rayer le parquet ? Déjà indémodable, le vampire fait la part belle aux créatures fantastiques dans l’imaginaire collectif. Hypnotisant ou fascinant, le mythe s’adapte à chaque époque, épousant les désirs d’une société irrémédiablement attirée par leur mordant.

Vampire : Mort qui, suivant la superstition populaire, sort la nuit de sa tombe pour sucer le sang des vivants.

Dictionnaire Larousse
photo illustrative vampire
📸 Photo de Loren Cutler sur Unsplash

Le vampire : terrain de jeu des auteur(e)s mordants

Le vampire est LA créature surnaturelle qui déchaine les passions des auteurs, de toute époque. D’abord cadavre ranimé, il évolue pour coller aux désirs des contemporains. Il est devenu, au fil du temps, le terrain de jeu des auteurs de tout genre.

Aux origines du cadavre ranimé par les forces du mal

Avant même de devenir un dandy, le vampire était une créature d’outre-tombe dont le seul objectif était de tourmenter les vivants, de les terroriser. Doté d’une faim insatiable, le vampire ne cache pas sa nature, l’exploite pleinement.

Selon les auteurs du XVIIIe siècle, il se pare d’une peau rouge (après s’être nourri), du sang coule par chaque orifice de son visage. Des poils disgracieux ornent ses mains. Ses ongles sont longs après avoir eu le temps de pousser lors du séjour en cercueil, de même que ses cheveux (bien qu’il soit aussi représenté comme une créature chauve). Il est un monstre qu’il faut réduire en cendre pour s’en débarrasser. Séduisant pas vrai ?

Anoblissement des vampires

Chaque époque et chaque pays porte les traces de ces créatures qui infestent les campagnes, les villages et les villes des confins de l’Europe de l’Est : Hongrie, Roumanie, Transylvanie. Le XIXe marque le premier tournant dans la représentation des vampires.

vampire femme fatale
📸 Photo de Darksouls1 sur Pixabay

Dandys et femmes fatales

C’est à la fin du XVIIIe siècle et début du XIXe siècle que les traits des vampires connaissent leur première évolution. Son allure et son décor évoluent. Les châteaux, manoirs et demeures ténébreux deviennent le cadre parfait où faire évoluer ses créatures immortelles vivant recluses. Le vampire n’est plus un simple paysan, mais un homme aux allures de noble/gentleman.

Il s’inscrit parfaitement dans le mouvement de la « Gothic novel ».

Trois œuvres ont forgé l’image du vampire : Le Vampire de John Polidori, Carmilla de Sheridan Le Fanu et Dracula de Bram Stoker. Ce dernier inspire toujours profondément certaines des représentations vampiriques modernes. C’est le cas pour Stephen King et son terrifiant vampire de Salem ; ou Victor Dixen et le sombre monde de Vampyria.

La fin du XIXe siècle est marquée par la large représentation de vampires femmes. La femme vampire est d’une grande beauté, attirante à l’extrême, séductrice. Souvent, elle se trouve impliquée dans des relations charnelles. Des femmes par ailleurs imaginées et décrites par des hommes : Johann Wolfgang von Goethe (La Fiancée de Corinthe), Sheridan Le Fanu (Carmilla), Samuel Taylor Coleridge (Christabel).

La Fanu crée également le prototype de l’érudit de l’occulte chasseur de vampire, le précurseur de Van Helsing.

Portrait de l’immortel

Le vampire du XIXe siècle devient donc, nous le disions plus tôt, une personne pleine de distinction, avec une certaine connotation aristocratique.

Il est élégant, vêtu avec raffinement, d’un smoking et d’une cape. Suivant la mode des monarques, leurs peaux deviennent blafardes et froides. Leurs dents s’allongent pour transpercer la peau de leur victime. Parfois, ils se parent d’oreilles en pointes, d’ongles crochus, de paumes poilues, d’yeux rouges.

Ils sont cruels, sans pitié. À leur cruauté s’ajoute un certain nombre de pouvoirs surnaturels tel que le regard hypnotique, le charme sensuel, la force surhumaine, la métamorphose animale …

Bien que leur force soit phénoménale, ils connaissent aussi des faiblesses : la religion, l’ail, l’absence de reflet dans les miroirs, la sensibilité à l’argent et au rayon du soleil, etc. Aussi, les détruire n’est pas impossible : leur planter un pieu dans le cœur, les décapiter, les exposer au rayon du soleil ou les bruler ou encore leur tirer dessus avec une balle en argent.

Prince(sse)s charmant(e)s aseptisé(e)s

carlisle cullen vampire aseptisé

Le XXe siècle a fait connaitre un renouveau à l’image du vampire. Un vampire aux antipodes du vampire traditionnel. De monstre sanguinaire inquiétant, démon d’horreur ; il devient attirant, attachant, humain. Et même sexy, sulfureux.

Il est capable de sentiments, de remords et même son appétit change. Certain se revendique même comme « végétarien » et refuse de boire du sang humain. Toujours prédateur, mais moins bestial.

D’antihéros, il devient un héros, parfois torturé qui sait se remettre en question. Il devient un prince charmant surnaturel, aseptisé.

C’est Anne Rice qui marque clairement cette évolution considérable, avec Louis, héros d’Entretien avec un Vampire. Flambeau qui a été repris par Stéphanie Meyer et Edward Cullen, le vampire torturé de Twilight.

Le vampire est littéralement devenu un personnage signature du bit-lit (« littérature mordante », le new adult du surnaturel). D’autres auteur(e)s se sont engouffrés dans cette brèche de la littérature vampirique : L.J. Smith (Journal d’un Vampire), Beth Fantaskey (Comment se débarrasser d’un Vampire), Richelle Mead (Vampire Academy), Charlaine Harris (True Blood), Melissa de la Cruz (Les Vampires de Manhattan), Deborah Harkness (All Souls Trilogy)etc.

Les mangakas et d’autres auteurs de bande dessinée se sont également prêtés à l’exercice de création vampirique. Le plus connu étant probablement Vampire Knight de Matsuri Hino.

Découvrir les vampires

Le tour du sujet est loin d’être fait pour un personnage surnaturel aussi populaire que les Vampires. Je n’ai que pu que survoler un mythe aussi riche, et qui a été autant impacté par la littérature. À très vite pour un prochain écho des mondes.

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pinterest
fb-share-icon
error: Content is protected !!