Évolution de la littérature horrifique : des inspirations au XXe siècle

La saison où les arbres prennent des couleurs orangées et où les feuilles tombent pointe le bout de son nez. Avant de faire une bataille de marrons, et pour mieux préparer Halloween en douceur, on s’offre un petit retour sur le genre horrifique.

Le genre horrifique (Horror Fiction) imprègne la société. Considéré en France comme un sous-genre, il n’en est pas moins riche. S’ancrant dans le registre de la peur ; le roman d’horreur cherche à susciter angoisse, effroi, frisson, inquiétude ou malaise chez le lecteur.

photographie montres
📸 Julie – Echo des Mondes – Jardin des Traces

Les caractéristiques du genre horrifique

Le genre horrifique exploite sous forme de récits nos peurs. Les récits créent chez les lecteurs une profonde angoisse, engendrent un suspense aigu. Les événements relatés peuvent être atroces, macabres, violents, sanguinolents.

Le genre horrifique met en scène des phénomènes et des protagonistes effrayants. Le surnaturel, la violence, la décadence sont fréquents dans les intrigues. Les lieux sont étranges, obscurs, mystérieux et inquiétants. Les protagonistes peuvent être surnaturels : vampires, fantômes, sorciers, loups-garous, aliens, zombies, … Mais aussi être de simples humains, profondément dérangés, psychopathes, ou des tueurs en séries.

Extrait de la chronologie du genre

La naissance du genre horrifique

Les débuts de ce genre restent plutôt flous.

  • L’apparition peut être supposée avec les contes pour enfants. En effet, à l’origine ceux-ci pouvaient être particulièrement violents et terrifiants. Ils ont été édulcorés aux fils du temps.
  • Le genre semble aussi puiser de l’inspiration dans les mythes et la mythologie.
  • Elle pourrait également remonter au temps de l’inquisition, où une réelle obsession autour de la sorcellerie a perduré.
  • Certains le date du 18e siècle, avec l’émergence des romans gothiques en Angleterre.

À partir du XIIIe siècle – L’influence de l’inquisition et de la religion

Le genre horrifique a beaucoup évolué. On peut supposer ses débuts sous l’inquisition, une période où la religion guidait d’une main ferme les Hommes. L’horreur a ainsi été fortement liée à la religion. Dans ses œuvres sont dépeint Lucifer, les sorcières. La notion d’horreur est d’ailleurs fortement liée au drame.

Des textes ont traversé les siècles et inspiré des générations d’auteurs :

  • Dante, 1307, Divine Comédie : l’enfer
  • Henry Institoris, 1486, Malleus Maleficarum (marteau des sorcières)
  • William Shakespeare, 1600, Hamlet 
  • John Milton, 1667, Paradis Perdu
  • Victor Hugo, 1730, Hernani

Le XVIIIe siècle – Les romans gothiques & Ghost stories

Le roman gothique voit le jour au XVIIIe siècle. C’est un genre qui est né de l’engouement autour du sentimental, du macabre, du passé.

Horace Walpole va, le premier, poser les bases du roman gothique :

  • Le décor : ténèbres, paysages nocturnes, orages sur la lande, tempêtes en mer, … ;
  • Les personnages : religieux, femmes persécutées, femmes fatales, démons, belles, bêtes, anges, anges déchus, maudits, vampires, bandits, beaux ténébreux ;
  • Les situations : pactes, incarcérations, tortures, suicides, vampirismes, secrets du passé venant hanter le présent ;
  • Les lieux : châteaux, prisons, cimetières, ruines, églises, natures, endroits abandonnés, maisons détruites, … 
photographie vampires
📸 Julie – Echo des Mondes – Jardin des Traces

Quelques romans gothiques :

  • Horace Walpole, 1764, Château d’Otrante
  • William Thomas Beckford, 1782, Vathek
  • Matthew Gregory Lewis, 1796, Le Moine

Le XIXe siècle

Les descendants des romans gothiques

Deux romans peuvent être considérés comme le point de départ de la littérature d’épouvante. Ils descendent directement des romans gothiques.

  • Mary Shelley, 1818, Frankenstein
  • Bram Stocker, 1897, Dracula

L’écriture des contes oraux

C’est au XIXe siècle que les auteurs formalisent les contes pour enfants. Édulcorés à travers les siècles et les plumes qui les ont fait perdurer, ceux-ci puisent leur source dans des récits tragiques, sanglants, violents.

  • Jakob et Wilhelm Grimm, 1812 – 1815
  • Hans Christian Andersen, 1835

Les Penny Blood / Penny Dreadfuls

Les Penny Blood (ou Penny Dreadfuls) sont des histoires, parfois inspirées de faits réels, parfois des fictions à sensation. Leur petit prix et la publication hebdomadaire permettaient un achat facile aux adolescents de la classe ouvrière.

  • William Strange, 1832, The Penny Story-Teller
  • James Malcolm Rymer, 1845 – 1847, Varney The Vampyre or The Feast of Blood
  • The Strings of Pearls (qui a introduit Sweeny Todd, l’un des personnages les plus connus issu des Penny Dreadfuls).

Une inspiration de plus en plus ancrée dans le réel

La littérature horrifique s’ancre progressivement dans la vie réelle. Les personnages et événements s’inspirent de plus en plus de la vie quotidienne. Des œuvres macabres sont produites par des auteurs comme Charles Baudelaire, Guy de Maupassant, Paul Verlaine.

En cette fin de siècle, le roman horrifique permet de dénoncer la société individualiste, les violences et la décadence.

 La fin du XIXe siècle marque les débuts du mélange de l’horreur et du fantastique avec La Guerre des Mondes d’H.G. Wells.

  • Guy de Maupassant, 1887, Le Horla
  • Robert Louis Stevenson, 1890, L’étrange cas du Dr. Jekyll et Mr. Hyde
  • H.G. Wells, 1898, La Guerre des Mondes

Le XXe siècle – L’horreur moderne

photographie ça
📸 Julie – Echo des Mondes – Jardin des Traces

Au début du XXe siècle, l’horreur prend un nouveau tournant. Les nouvelles influences viennent de la science-fiction, de la psychologie, du genre policier. Aujourd’hui l’épouvante est dominée par des auteurs emblématiques : à la tête de ceux-ci, Stephen King. Des auteurs se sont engouffrés dans la brèche de l’horreur jeunesse, en particulier R.L. Stine.

  • H.P. Lovecraft, Cthulhu
  • Shirley Jackson, 1959, Maison Hantée (The Haunting of Hill House)
  • William Peter Blatty, 1971, L’Exorciste
  • Richard Matheson, 1974, La Maison des Damnés
  • Stephen King, 1974, Carrie
  • Anne Rice, 1978, Entretien avec un vampire

L’histoire de l’horreur continue à s’écrire.

Alors rendez-vous pour un prochain article consacré à ce genre !

Sollicitez un prochain thème dans les commentaires !

Inspirations et sources pour aller plus loin 

Le challenge spécial Halloween sur insta’

Avec @bookish_cup, on vous propose le Challenge Frisson Automnal. Retrouvez-nous sur Instagram en story à la une pour en savoir plus !

Petit aperçu du challenge ici :
Pour voir dans la version originale et colorée direction Instagram !

As-tu aimé cet article ?

0 / 5. 0

😢

Que dois-je améliorer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Évolution de la littérature horrifique : des inspirations au XXe siècle”

  • Avatar
    • Julie
error: Content is protected !!